Dualité

La Trame

Similarité entre Tissu et Architecture :
Un matériau « multiplié » crée du volume, il est volumétrique, il devient plus résistant. Sa faiblesse ou sa solidité est visible avec la lumière : plus la lumière passe au travers, moins le matériau est résistant. Le fil, élément lourd ou léger ? faible ou résistant ?
La trame permet résistance et solidité. Ce même principe se retrouve en architecture. Travail sur le vide : effilage de différents tissus pour apercevoir leur trame.

petit-format-trame-kellypelletier1

Musique et Rythme

Jardins sous la pluie – Claude Debussy

Expression plastique des premières minutes du morceau de piano «Jardins sous la pluie» de Claude Debussy.

dessin-musique-couleur-kellypelletier

 

Expression du rythme

Répétition d’un phénomène naturel (rythme cardiaque, respiratoire) versus artificiel ( musique, architecture, poésie…) Le rythme s’exprime dans le temps, se propage, évolue… il donne le mouvement et fait vibrer les êtres.
La lumière permet de dévoiler ce rythme, de le mettre en valeur.

dessin-rythme-kellypelletier5

 

 

Bureaux Bénéteau

Aménagement du siège social

Dans un souci d’image de marque à l’international, la société Bénéteau a choisi d’implanter de nouveaux bureaux à Paris. Numéro «un» mondial des constructeurs de voiliers, la représentativité de Bénéteau se retrouve dans l’architecture de ses bâtiments avec ses courbes et le mouvement empruntés aux voiles.

beneteau--pelletier-maquette2

Harmonie

Conservatoire de Musique à Biot (06)

Le son : Une pierre jetée dans l’eau produit, à partir du point d’impact, des ondes concentriques. Le son suit le même schéma dans l’air, bien qu’invisible.
Le conservatoire de musique est conçu autour de ce concept. Le centre du bâtiment, un patio puits de lumière, constitue l’espace de circulation dont les parois courbes en bois représentent le mouvement de la musique, et, la lumière, la propagation de ses ondes sonores.
Création également d’une petite salle d’auditions pour les étudiants du conservatoire d’Antibes et de Biot (06).

conservatoire-kellypelletier-3d1

Le Ruban

Cuisine sur un toit terrasse à Paris

Un toit terrasse surplombant la ville de Paris et un projet de cuisine « repas-détente », lieu de rassemblement et d’échanges. La notion de lien entre les individus se retrouve dans la conception de la cuisine : chaque élément la composant est relié par le « Ruban », la ligne guide : elle donne une direction et se prolonge vers la baie vitrée et l’extérieur.

3d1-kellypelletier-okcuisine

20 rue Montsouris

Réhabilitation d’une maison parisienne

L’architecture d’une maison traditionnelle du Square Montsouris, Paris 14e, est revisitée en s’appuyant sur les critères reconnaissables d’un architecte du 20e siècle, Peter Zumthor. Sa conception favorise les grands espaces et la lumière naturelle. Une colonne de pierre ajourée enveloppe le bâtiment et crée des motifs lumineux tout en suivant les espaces de circulation desservant les étages.

Montsouris-pelletier-dessin

Cinéma Méliès

Plateau TV, émission sur Georges Méliès

Le décor illustre une émission consacrée à Georges Méliès, réalisateur pionnier du cinéma français. Il utilise de nombreux trucages et des panneaux peints donnant l’illusion de profondeur. Il effectue les premiers essais de films en couleur… Le Coin «Talk» peut accueillir un présentateur et deux invités.

melies-kellypelletier-3d1

Trait d’Union

Extension d’une villa en banlieue parisienne

Redonner de la vie et de la modernité à une villa de banlieue. L’extension envisagée est le «trait d’union» entre deux époques, passée et moderne.
Béton, verre, formes géométriques contrastent avec la façade en pierre de l’existant, ses fenêtres en arc de cercle et sa toiture à deux pentes.

extension-hdfh

Espaces de vie

Agencement de suites et d’espaces restreints

Trois espaces modulables, fonctionnels et ergonomiques : une suite parentale ; un studio modulable pour un étudiant ;  un espace wagon-lit

Studio Modulable

Le Parcours

La vieille ville de Nice

Expression et réinterprétation du vieux Nice :
La première impression du promeneur : saturation, surcharge des couleurs ; opulence et exubérance des tons chauds ; foisonnement des styles.
Réinterprétation par le choix du noir et du blanc pour exprimer cette surcharge et le malaise occasionné. Contrastes des ombres de la rue et de la lumière méridionale.

parcour-kellypelletier-peinture7