Un village de pêcheurs du sud de la Thaïlande

Les Urak Lawoi face à la mondialisation

Le projet ci dessous a été conçu en Thaïlande suite à un stage de six mois à Bangkok chez Case Studio, une agence d’architecture qui travaille essentiellement avec des communautés Thaï défavorisées et utilise une méthode où l’architecte collabore et encourage ces populations à l’auto-développement.

Au sud du pays, sur l’île de Lanta Yai, des populations de pêcheurs appelés «Urak Lawoi» ou «Gitans de la Mer», vivent de leur propre culture, de leurs croyances et de leurs traditions. Ces peuples aborigènes vivent en marge du monde dans des conditions précaires et se protègent de la normalisation mondialiste. Mais les investisseurs et le tourisme envahissent peu à peu leurs territoires et finissent par les repousser dans des enclaves où ils essayent tant bien que mal de garder leur authenticité. La survie des Urak Lawoi dépend beaucoup de l’évolution et de la prise de conscience du monde à l’égard de ces populations. Comment peut-on soutenir ces peuples vulnérables face à la mondialisation pour les aider à préserver leur identité, leur culture et leurs pratiques ancestrales ?

La préservation de leurs patrimoine ne peut être conservé par stockage dans un musée ou par enregistrement papier, il ne peut l’être que par la pratique réelle et quotidienne. J’ai donc choisi dans mon projet de participer à une action contre l’érosion et la disparition progressive des traditions des «Gitans de la Mer», par la redynamisation de ce qui existe déjà et par la création d’espaces de travail leur procurant un lieu attitré, ainsi que de la reconnaissance et une place dans la société. Les espaces créés encourageront les Urak Lawoi à persévérer dans la transmission des savoirs et à maintenir un lien entre l’ancienne et la nouvelle génération scolarisée en ville. Le projet bâti serait une démonstration de la durabilité de la communauté, tout en les menant vers l’autonomie et une meilleure qualité de vie.

maquette-village-kellypelletier1

Tirer parti des tessons

La Borne, village de céramistes

Le village de La Borne est situé entre Sancerre et Bourges.
L’étude est directement réalisée sur site avec l’appui des acteurs locaux. La céramique en est l’activité principale et les tessons qui en résultent son principal déchet. Habituellement remisés au fond des jardins, le projet a pour but de leur trouver un nouvel usage, les réutiliser et les remettre en valeur ; établir une démarche participative avec les habitants, acteurs dans la récupération de ces déchets, puis les stocker dans des points de collecte dans la ville. Ce processus de collecte se développe avec le temps et les tessons peuvent devenir architecture en générant de nouvelles fonctions utiles. De nombreuses expérimentations de la matière ont été réalisées (broyage, empilage, assemblage…).

photo-tessons-kellypelletier

Résonance

Rapprochement entre un Théâtre de Verdure existant et une nouvelle Salle de Concerts

Nice Côte d’Azur, nouvelle option pour la partie Sud de la « Coulée Verte », en utilisant le Théâtre de Verdure existant et en l’intégrant à un Espace Culturel Public dédié aux arts musicaux.

Un véritable Centre de la Musique doté d’un auditorium complémentaire qui offrirait la possibilité à toutes formations musicales de se produire, particulièrement pendant la période estivale. Le projet « Résonance » cherche à promouvoir tous les talents musicaux.

Resonance-3DPrincipal-Pelletier

 

Strates

Home Container

30m2 d’un container aménagés pour couples d’étudiants en reproduisant les strates géologiques trouvés dans la nature et en utilisant formes et matériaux organiques.

persp-intérieur-kellypelletierok

 

Viaduc d’Eze

Habiter un Pont

Avec sa vue sur mer et sur le gouffre, le « Pont du Diable » provoque attirance vers le vide et vertige. Ces sentiments sont exploités par les deux « hamacs » habitables et décalés dont la surface totalise environ 800 m2. Le premier « hamac » abrite restaurant, bar et boutiques ; le deuxième la Mairie d’Eze, son Service d’Urbanisme et l’Office du Tourisme.

Pont-kellypelletier-persok

 

Kiosque avenue Hoche

Ondulation

Aménagement d’une structure d’accueil située sur le parvis de la gare du Bois de Boulogne, Paris.

Cette structure légère et transparente offre aux passants un lieu convivial de rencontre et de détente avec possibilité de consommer. Sa forme se marie à la fluidité de la circulation piétonne.

kiosque-kellypelletier-3d1

La Gare Versailles Rive Gauche

Gare du Patrimoine

Le projet de rénovation de la Gare de Versailles Rive Gauche, qui dessert le Château, a cherché à respecter le style classique et pourtant rythmé des plans de ses jardins. Des lignes directrices sont utilisées dans les espaces de circulation, tenant compte des flux de population entrant et sortant de la gare.

Kellypelletier-gareversaille-3d2

20 rue Montsouris

Réhabilitation d’une maison parisienne

L’architecture d’une maison traditionnelle du Square Montsouris, Paris 14e, est revisitée en s’appuyant sur les critères reconnaissables d’un architecte du 20e siècle, Peter Zumthor. Sa conception favorise les grands espaces et la lumière naturelle. Une colonne de pierre ajourée enveloppe le bâtiment et crée des motifs lumineux tout en suivant les espaces de circulation desservant les étages.

Montsouris-pelletier-dessin

Trait d’Union

Extension d’une villa en banlieue parisienne

Redonner de la vie et de la modernité à une villa de banlieue. L’extension envisagée est le «trait d’union» entre deux époques, passée et moderne.
Béton, verre, formes géométriques contrastent avec la façade en pierre de l’existant, ses fenêtres en arc de cercle et sa toiture à deux pentes.

extension-hdfh